Surmonter la colère

Trouver la véritable paix de l'esprit dans l'absence totale de colère.

Back to Schedule
Donate

Extraits des écrits de Paramahansa Yogananda

L’absence de colère est la voie la plus rapide pour atteindre la paix de l’esprit. La colère provient de désirs contrariés. […] Celui qui n’attend rien des autres, mais se tourne vers Dieu pour tout accomplissement de ses désirs, ne peut ressentir de colère envers ses semblables ni être déçu par eux. Le sage se contente de savoir que le Seigneur prend soin de l’univers. […] Son esprit est ainsi libre de toute colère, animosité ou rancœur.

flower

La colère va à l’encontre du but même qui l’a fait surgir. La colère n’est pas un antidote pour la colère. Un intense courroux peut provoquer la suppression d’un courroux moindre chez quelqu’un d’autre, mais il ne tuera pas ce courroux plus faible pour autant. Lorsque vous êtes en colère, ne dites rien. Sachant qu’il s’agit en fait d’une maladie, comme lorsque vous attrapez un coup de froid, éradiquez-la en prenant un bain mental chaud et réconfortant, c’est-à-dire en pensant à ceux avec lesquels vous ne pourrez jamais vous mettre en colère, quelle que soit la façon dont ils se conduisent. Mais si votre émotion est trop violente, prenez une douche froide ou mettez-vous un morceau de glace sur le bulbe rachidien, sur les tempes, juste au-dessus des oreilles, sur le front, en particulier entre les sourcils, et aussi sur le sommet de la tête.

La colère fait naître la jalousie, la haine, la malveillance, la revanche, les instincts destructeurs, les idées violentes, la paralysie du cerveau et la folie passagère – toutes choses qui peuvent conduire à de terribles délits. C’est un véritable poison pour la paix et le calme de l’esprit. De même, elle empoisonne la compréhension de l’individu. En fait, la colère est une sorte de malentendu. Essayer de vaincre les autres par la colère est une méthode insensée, car la colère ne fait qu’accentuer celle de l’ennemi et fait de lui un adversaire plus fort et plus puissant. Toutefois, une démonstration de colère judicieuse pour éloigner le mal sans causer de préjudice est parfois source de bien. Une colère aveugle et incontrôlée n’est que vengeance et haine ; elle ne fait qu’augmenter le mal que vous voulez détruire. Soyez indifférent envers ceux qui paraissent prendre du plaisir à vous mettre en colère.

Lorsque la colère monte en vous, mettez en route le mécanisme de votre calme afin de fabriquer les antidotes que sont la paix, l’amour et le pardon, qui chasseront la colère. Ayez des pensées d’amour et réfléchissez au fait que si vous ne voulez pas que les autres soient en colère contre vous, vous ne souhaitez pas non plus que les autres ressentent votre vilaine colère. Lorsque vous devenez pareil au Christ et regardez tous les hommes comme des petits frères se déchirant les uns les autres (« car ils ne savent pas ce qu’ils font »), vous ne pouvez être fâchés contre qui que ce soit. L’ignorance est la mère de toute colère.

Développez un raisonnement métaphysique et bannissez la colère. Pour cela, regardez celui qui a provoqué votre colère comme étant un enfant de Dieu ; pensez à lui comme s’il s’agissait d’un petit frère âgé de cinq ans qui vous a peut-être frappé involontairement. Vous n’aurez plus alors le désir de faire du mal à ce petit frère en retour. Chassez mentalement la colère en disant : « Je n’empoisonnerai pas ma paix avec de la colère ; je ne perturberai pas mon calme habituel, source de joie, par du courroux. »

flower

Il existe en gros deux sortes de gens : ceux qui se plaignent constamment de ce qui ne va pas et ceux qui se rient des difficultés de l’existence en restant toujours positifs dans leur façon de penser. Pourquoi tout prendre si sérieusement ? Ce monde pourrait être si beau si chacun était plus positif, plus en harmonie avec la vie !

C’est dans la jungle de la civilisation, dans le stress de la vie moderne que résident nos épreuves. Vous récoltez tout ce que vous semez. Haïssez et vous recevrez de la haine en retour. Lorsque vous vous laissez envahir par des pensées et des émotions discordantes, vous vous détruisez vous-mêmes. Pourquoi haïr ou être en colère contre quiconque ? Aimez vos ennemis. Pourquoi bouillir de colère ? Si le mécontentement vous gagne, reprenez-vous immédiatement. Allez vous promener, comptez jusqu’à dix ou à quinze ou changez-vous les idées en pensant à quelque chose d’agréable. Abandonnez tout désir de vengeance. Quand vous êtes en colère, votre cerveau surchauffe, votre cœur est affecté par un trouble du rythme au niveau des valves et votre corps tout entier se dévitalise. Rayonnez plutôt la paix et la bonté qui correspondent à la nature de l’image de Dieu en vous, donc à votre véritable nature. Personne ne pourra alors vous perturber.

flower

Quand vous souhaitez former une bonne habitude ou en détruire une mauvaise, concentrez-vous sur les cellules cérébrales, l’entrepôt des mécanismes de l’habitude. Pour former une bonne habitude, méditez, puis en étant profondément concentré sur le centre christique – le centre de la volonté entre les sourcils – affirmez avec force la bonne habitude que vous voulez créer en vous. De même, si vous souhaitez détruire une mauvaise habitude, concentrez-vous sur le centre christique et affirmez avec force que tous les sillons creusés par cette mauvaise habitude ont été effacés.

Je vais vous raconter une histoire véridique qui illustre l’efficacité de cette technique. En Inde, un homme colérique vint me voir. Il avait l’habitude de frapper ses employeurs lorsqu’il se mettait en colère, aussi perdait-il ses emplois les uns après les autres. Finalement, il devint tellement irascible qu’il ne pouvait s’empêcher de jeter à la figure de quiconque l’énervait tout objet qui se trouvait à sa portée. Il me demanda de l’aide. Je lui dis : « La prochaine fois que vous êtes en colère, comptez jusqu’à cent avant d’agir. » Il essaya, mais revint vers moi en disant : « Je suis encore plus en colère quand je fais cela. Pendant que je compte, je suis fou de rage de devoir attendre si longtemps. » Son cas avait l’air désespéré.

Je lui conseillai alors de pratiquer le kriya yoga, avec l’instruction suivante : « Après avoir pratiqué votre kriya, imaginez que la Lumière divine entre dans votre cerveau pour l’apaiser, pour calmer vos nerfs et vos émotions, et chasser toute colère. Et vous verrez qu’un jour vos crises de colère auront disparu. » Peu de temps après, il revint me voir et cette fois il me dit : « Je suis libéré de l’habitude de la colère. Je vous suis si reconnaissant. »

Cependant, je décidai de le tester. Je m’arrangeai avec quelques garçons pour qu’ils lui cherchent querelle. Je me cachai dans le parc le long de la route où il avait l’habitude de passer régulièrement, de manière à pouvoir l’observer. Les garçons essayèrent désespérément de l’entraîner dans une bagarre, mais il refusa de riposter. Il réussit à garder tout son calme.

Affirmation

Bénis-moi afin que je guérisse les blessures que ma colère a causées en moi avec l’onguent du respect de moi-même et les blessures que ma colère a causées chez les autres avec le baume de la bienveillance

Partagez ceci sur